Patrimoine de la forêt des Coulmes

A la découverte du patrimoine de la forêt des Coulmes

Un ancien terroir agricole

Autour de la Goulandière, on peut apercevoir d’anciennes terrasses agricoles retenues par des murs de pierres sèches.

Patrimoine de la forêt des Coulmes
Patrimoine de la forêt des Coulmes

Les paysans y ont cultivé du seigle, de l’orge, du blé, puis des pommes de terre à partir du XIX e siècle.

Un ancien terroir agricole
Un ancien terroir agricole

Le bétail comprend trois ou quatre vaches de la race du Villard-de-Lans, réputées pour leur force de travail, un mulet pour porter le grain au moulin de la vallée, une douzaine de chèvres, un porc et parfois quelques brebis.


Les arbres présents :

Le frêne commun “fraxinus excelsior”

Arbre de 20 à 30 m à l’écorce lisse, verdâtre devenant grisâtre puis fissurée.

Le bois est utilisé dans de multiples domaines ( ébénisterie, placage, crosse de fusil, outils de dessins…)

Soit pour limiter sa croissance, soit pour lui donner une allure ornementale, il peut être traité en “têtard”, comme les saules.

Au crépuscule, des formes insolites prennent alors naissance et évoquent des personnages fantastiques…

Le frêne commun "fraxinus excelsior"
Le frêne commun “fraxinus excelsior”

Pommier sauvage
Pommier sauvage

Malus sylvestris

Arbre de 8-10 m
Longévité : 70-100 ans
Utilisations:
sculpture, tournerie, articles de bureau …
Particularités:
porte-greffe pour les arbres fruitiers


Noyer commun

Juglans regia
Juglans regia

Arbre de 10à 25 m, très ample

Longévité : 300 – 400 ans

Utilisations:
tranchage, ébénisterie, tournerie, marqueterie …

Particularités :
Le fruit est comestible “Noix”
Feuille composée à nombre impair de folioles (5à9)


Érable à feuilles d’obier

Érable d'Italie
Érable d’Italie

(Ou Érable d’Italie)
Acer opalus

Petit arbre de 8 à 15 m
Longévité : élevée
Utilisations :
Tournerie, marqueterie, autrefois sabot de luxe.

Particularités :
Plante très mellifère


Aux origines du peuplement des Coulmes

L’origine du peuplement des Coulmes demeure incertaine.
Il est fort probable que les lieux aient été fréquentés, aux beaux jours, durant le Moyen Âge.
Cependant, c’est à l’époque moderne que la forêt est le plus marquée par la présence de l’homme.
Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, la population augmente, ce qui va provoquer l’éclatement des communautés villageoise et la recherche de nouveaux territoires.